DAPHNIS et ALCIMADURE

Un opéra en occitan a la cour du roi Louis XV

☰

Depuis l’incursion occitane du compositeur avignonnais Jean-Joseph Mouret, la langue d’oc n’avait plus bénéficié d’une aussi grande exposition auprès de la cour et de l’Académie Royale. L’opéra de Mondonville en grande partie rédigé en occitan n’en rencontra pas moins un grand succès dès sa création.

Le choix de l'occitan Languedocien

Pour l’écriture de Daphnis et Alcimadure, Mondonville emploie un occitan languedocien sans tournures idiomatiques trop singulières. Un parler simple, compréhensible de la majorité des locuteurs de langue d’oc et surtout du public de la Cour du Roi.

Il prend également soin de placer dans le livret une notice portant sur la prononciation et donnant quelques éléments de lexicologie.

Extraits du livret lus par Muriel Batbie-Castell
Acte I, scène 1 - Daphnis

DAFNIS Elàs ! Pauret, qué farèi jo ? Tant m'a blaçat lo Dieu d' Amor. Despuèi que l'uèlh d'Alcimadura A dedins mon còr amorós Alucat mila fogairons, Sofri la pena la pus dura Elàs ! Pauret, qué farèi jo ? Tant m'a blaçat lo Dieu d' Amor. Per finir ma tristessa Dieu nenet, ven dedins aqueste lòc De ton esprit prèsta-me tot lo fòc Mès ieu vesi venir lo Solelh de mos uèlhs ; Qu'es bèla ! Qu'èi rason de portar sa cadena. Per saber çò qu'aicí l'amena, Anem-no'n l'espiar dejotz aquels ramèls.

Acte I, scène 1 - Alcimadure

ALCIMADURA Gasolhatz, auselelets, a l'ombra del fulhatge Quand vos fiulatz, mon còr es encantat. Entendi ben, que dins vòstre lengatge, Vos celebratz la libertat. Ela es lo plaser de ma vida, Car ieu la canti coma vos ; Tanben sans cessa ela me crida, Qu'ela sola pàt rendre urós. Gasolhatz, auselets, a l'ombra del fulhatge…

Acte I, scène 5

DAFNIS Venètz mos jantis companhons ; L'Amor aicí fa sa demora, Dançatz, sautatz, tremossatz-vos. Coma la lum de la natura Fòrça d'esclòre mila flors, Tanben los uèlhs d' Alcimadura Fòrçan los còrs d'èstre amorós. *********** Qui vei la bèla Alcimadura Vei l'astre lo pus bèl ; Per charmar tota la natura Non li cal qu'un còp d'uèlh . Per aquela Venus novèla, Òm vei los amors enfantets Voltijar Sans cessa après ela, Coma una tropa d'auselets. Vesètz l'ormèl per las floretas Bolegar sos joines ramèls Escotatz dals pichòts ausèls Las amorosas cançonetas. Per tot charmar lo Dieu nenet Tira sans cessa de l'arquet. N'oblida res dins la natura Ormis lo còr d' Alcimadura.

Acte 2, scène 3

JANET Res n'es tan bèl, ni tan grand qu'una armada, Quand per Loïs es comandada. D'abàrd, òm entend los tambors, Que fan bruit a vos rendre sords. En s'aprochant, pif, paf, òm se chamalha, Òm i va d'estàc e de talha ; Anem, coratge, companhons, A dreit, a gauche, devant vos. Lo sabre en man, l'òm va dins la bagarra, Tot al travèrs del tintamarra ; Òm entend ronflar lo canon, Pom, pom, coma la bassa continua. L'enemic espaurit d'una tala valor, Non cèrca qu'a fugir ; atrapa, tua, tua. Òm crida après que tot es fèit, Viva lo Rei, viva lo Rei.

Acte 2, scène 4

JANET E LO COR Lo mechant lop per son ravatge Tròp longtemps nos a fait tramblar. Dafnís a prevengut sa ratge, Solet n'a saput triomfar. Frapem dal pè, batem la man, Es el l'Erculet del vilatge Frapem dal pè, batem la man. Qui porriá non lo pas aimar ? Per faire un riche mariatge, Dafnís n'aurà qu'a desirar; Se jamai se met en menatge, Urosa aquela que l'aurà. Frapem dal pè, batem la man, Es el l'Erculet del vilatge ; Frapem dal pè, batem la man, Qui porriá non lo pas aimar ?

Acte 3, scène 1

ALCIMADURA Laissa-me mon indiferença, Cruèl Amor, laissa-m'estar. Quand te vòli far resistença, Perqué contra jo t'irritar ? Un còr que te vòl escotar, N'esprova que pena e sofrença . Laissa-me mon indiferença, Cruèl Amor, laissa-m'estar.

L'opéra adapté dans d'autres variantes

A Mountpellié :de l’imprimerie d’Augustin- François Rochard, imprimour dau rey & de l’Academio de Musiquo, 1758 embé Permission de M. lou Juge-Mage. - 23 p. ; 8°, Mediatèca occitana, CIRDOC-Béziers, cote CR B08-03

La pièce connaît un tel succès qu’elle va être adaptée dans plusieurs variantes de la langue occitane. Par exemple en 1755, un poète local écrit la pièce dans le parler montpelliérain pour diverses représentations données à l’Académie royale de Montpellier.

Traduction française

ÉDITION EN FRANÇAIS, Daphnis et Alcimadure, pastorale languedocienne, représentée devant le Roi à Fontainebleau, les 29 octobre, 4 novembre 1754 et pour la première fois par l’Académie royale de musique, le dimanche 29 décembre de la même année, mise depuis en vers françois et remise au théâtre le mardi 7 juin 1768. In-4° , 54 p., Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-YF-1966

Ses interprètes ayant cessé de chanter, Mondonville recrée l’opéra en 1768 dans une version traduite en français. L’opéra se diffuse alors beaucoup plus largement mais cette version connaît moins de succès selon les critiques de l’époque.