Belaud de la Belaudiera

La campana deis infèrns

Lo Don-Don Infernal es una vertadièra catabasa carcerala, lo poèta i evòca l’experiéncia de l’embarrament en s’inspirant de L’Enfer de Clamenç Marot. Mai la fòrma, lo ritme de son poèma son fòrt diferents de l’òbra dau Carcinòu. Lo tèxte de Belaud se compausa d’estanças, una tièra de sizans regulars que s’encadenan tot en formant, cadun, un espaci poetic particular. Leis estanças son de mòda en aquela fin de sègle XVI, son utilizadas per Felip Desportes, per exemple. Loís Belaud ancora donc sa creacion dins lei canons literaris dau sieu temps. Lo tèrme d’estança ven de l’italian stanza que significa « sejorn », « arrèst », « demorança », l’espaci e lo moment de la pausa (lo vèrb « estar » a aquela significacion en occitan d’alhors). Lei decasillabes e l’estructura rimada AABCCB ritman una poesia que, de pas en pas, fa resson au bruch assordissent de la campana de la preson, lo « DON-DON » que repica entre lei parets, dins lei corredors e la cor dau Palais. Aqueu poèma long es bastit sus una referéncia iniciala, eiretada deis Epòdes d’Orace : « Urós aqueu que luenh deis afaires, coma la raça antica deis òmes, laura amb lei buòus lei camps pairenaus » que deven, encò de Belaud, una fòrma negativa : « Ò, tròp urós l’òme que de sa vida n’a de preson jamai agut sentida ».

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
O trop heuroux l'home que de sa vido
N'a de prezon jamais agut sentido,
N'auzit lou brut d'un gros manon de claux,
Ny lou DON-DON, dau pallais la campano,
Que tremoular d'uno febre cartano,
Fa tout subit la gent à tout prepaus.

Beat qui n'ausis lou son espouventable
D'aqueou DON-DON, messagier veritable
De pou, d'esfray, de plours, de brans, d'helas !
Que sie daunat qui fét tallo campano :
Jamays per ben son matail non s'affano :
„Qu'aqueou DON-DON n'en fa de desoulas.

Non s'es troubat de gaffes uno trouppo,
Creissent prés sy coumo pan blanc en souppo,
Que l'ajoun prés soutto lou trabuchet,
Que l'ajoun més à la desesperado
Dins la prezon vont' s'escriou la journado,
L'an, et lou mez, que passo lou guichet.
Ò tròp eurós l’òme que de sa vida
N’a de preson jamai agut sentida,
N’ausit lo brut d’un gròs manon de claus,
Ni lo DON-DON, dau palais la campana,
Que tremolar d’una fèbre cartana,
Fa tot subit la gent a tot prepaus.

Beat qui n’ausís lo son espoventable
D’aqueu DON-DON, messagier veritable
De páur, d’esfrai, de plors, de brams, d’ailàs !
Que siá damnat qui fèt tala campana :
Jamai per ben son matalh non s’afana :
Qu’aqueu DON-DON ne’n fa de desolats.

Non s’es trobat de gafes una tropa,
Creissent pres si coma pan blanc en sopa,
Que l’ajan pres sota lo trabuchet,
Que l’ajan mes a la desesperada
Dins la preson vont’ s’escriu la jornada,
L’an, e lo mes, que passa lo guichet.
Oh, trop heureux l'homme qui de sa vie
N'a jamais souffert de la prison,
Ni entendu le bruit d'un gros trousseau de clés,
Ni le DON-DON de la cloche du Palais
Qui fait subitement, à tout propos,
Trembler les gens d'une fièvre quarte.

    Bienheureux qui n'entend le son épouvantable
De ce DON-DON, messager véritable
De peur, d'effroi, de pleurs, de cris, de « hélas ! »
Que soit damné celui qui fit une telle cloche :
Son battant ne s'active jamais pour le bien
Ah ce DON-DON produit tant de désolés!

    Il ne s'est pas trouvé toute une troupe de gafes
 Grossissant auprès de lui comme pain blanc en soupe,
Si bien qu'ils l'aient pris au piège,
Qu'ils l’aient poussé au désespoir
Dans la prison où l'on écrit le jour,
L'an et le mois où il passe le guichet.

Fàcia a la Justícia

Aqueu poèma lòng de la prison es tanben una critica sevèra de la justícia. Loís Belaud mòstra dau det leis abús d’un sistèma que se descadena còntra lei mai paures e esparnha lei gents fortunats. S’agís ben segur d’un ponciu, retrobam lei memas denonciacions de la venalitat dei magistrats encò de Marot, per exemple. La lentor dei procès, lei subtilitats infernalas de la « chicana » e lo prètz dei fraisses judiciaris que pòdon endeutar una familha entiera son d’element coneguts en literatura, e aquò dempuèi l’Edat Mejana. Mai encò de Belaud, l’experiéncia viscuda e lo ton que mescla ironia e colèra, dins un lengatge verd, imatjat, sovent argotic, dònan au tèxte una color unica.

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
Encin s'uzet lou bendeou de Justicy,
Et de vezer ello prenguet lou vicy,
Voulent saber so que vallon escus,
Lous estremar souto uno clavaduro,
A cent per cent lous dounar à l'usuro,
Et aumentar lou rolle das abus.

De son couteou que rés non respetavo,
Et que lous grandz coumo pichots taillavo,
Lou trop longs tens l'a fach venir rouilloux,
Sau respetar Madamo la ferrillo,
Et s'affanar desubre la Paurillo,
Gibetz non son que per lous pevouillous.

 May vonte son sey ballanssos anados ?
M'es istat dich qu'ellos fouron pourtados
En Callicuc, pezar de singes vertz,
Ou d'anedons (bridas coum'uno mullo)
„Despuis que fon dau drech perdut la bullo,
„Tout és anat de biaiz et de travers.
Ensin s’usèt lo bendèu de Justici,
E de véser ela prenguèt lo vici,
Volent saber çò que valon escuts,
Los estremar sota una clavadura,
A cent per cent los donar a l’usura,
E augmentar lo ròtle dels abús.

De son cotèu que res non respectava,
E que los grands coma pichòts talhava,
Lo tròp long temps l’a fach venir rolhós,
Saup respectar Madama la ferilha,
E s’afanar desubre la Paurilha,
Gibets non son que per los pevolhós.

Mai vonte son sei balanças anadas ?
M’es estat dich qu’elas foron portadas
En Calicuc, pesar de signes verds,
Ou d’anedons, bridats coma una mula,
Despuèi que fon dau drech perdut la bula,
Tot es anat de biais e de travers.
Ainsi s'usa le bandeau de Justice,
Et de la vue elle prit le vice,
Voulant savoir ce que valent les écus,
Désirant les conserver, sous serrure,
Les donner, à cent pour cent, à l'usure,
Et rallonger la liste des abus.

    Sa lame, qui ne faisait pas d'exception,
Et qui sabrait tout aussi bien les grands que les petits,
Un trop long temps l'a rendue rouillée,
Elle sait épargner « Madame pleine aux as »
Et se déchaîner sur les pauvres gens,
Les gibets ne concernent que les pouilleux. 

 Mais où sont passées ses balances ?
L'on m'a dit qu'elles furent emportées
à Calicut, peser des singes verts,
Ou des petits canards, bridés comme une mule,
Depuis que l'on a perdu la bulle du droit
Tout est allé de biais, et de travers. 

Fugidas e metamorfòsis

Aqueu poèma, extrach dau primier recuelh de sonets de Loís Belaud, es l’un dei mai famós. Lo retrobam dins l’obratge de referéncia de Robèrt Lafont : Baroques Occitans, Anthologie de la poésie en langue d’oc - 1560-1660 (Montpelhièr, PULM, 2004 [1974]) onte dobrís lo capítol intitolat « Héros ou la métamorphose ». Lo metèm tornamai a l’onor perqu’illustra perfiechament la nocion de monde cambiadís, propici ai transformacions, ai mutacions divèrsas. Fàcia a l’immobilisme dau temps carcerau, Belaud laissa anar a la bèla eissèrva una poesia fugidissa, coma un riu que ven gròs. Aquela inondacion versificada mescla l’amor e lo sòmi a l’evasion, en jogant ambé lei figuras mitologicas. Perla barròca per excelléncia, lo sonet entrevesca referéncias sabentas e popularas sota la masqueta de l’ironia. Lo patiment dau presonier es ben reau, mai l’umor sauvator es jamai luenh.

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
Que non son las paretz d’eyci toutos de ciero,
De burre ou ben de sau ? guaire non s’estariou,
Car tant de mous dous hueils de plours you gitariou
Que la sau sy fondrie dedins tallo ribiero.
	Et puis de mous souspirs la feroujo tubiero,
Per lou fuoc que Margot tisouno dedins you,
Lou burre vistament et la ciero fondriou,
En rendent la preson plato coumo nostro hiero.
	Per passar lou debouort que mous hueils aurien fach,
Dau poustan de mon liech qu’à present ay desfach,
Embé forço claveoux fariou uno barquetto.
	Puis las flechos qu’amour dins mon couor a leissat,
Per ramos servirien d’un et d’autre coustat,
Per au pouort de salut sauvar ma persouneto.
Que non son las parets d’aicí totas de ciera, 
De burre o ben de sau ? gaire non s’estariáu,
Car tant de mos dos uelhs de plors ieu getariáu
Que la sau si fondriá dedins tala ribiera. 
	E puis de mos sospirs la ferotja tubiera,
Per lo fuòc que Margot tisona dedins ieu, 
Lo burre vistament e la ciera fondriáu,
En rendent la preson plata coma nòstra iera.
	Per passar lo desbòrd que mos uelhs aurián fach, 
Dau postam de mon liech qu’a present ai desfach,
Ambé fòrça claveus fariáu una barqueta.
	Puis las flechas qu’amor dins mon còr a laissat, 
Per ramas servirián d’un e d’autre costat,
Per au pòrt de salut sauvar ma personeta.
Pourquoi les murs d'ici ne sont-ils pas tous de cire, 
De beurre ou bien de sel ? je n’y resterais guère, 
Car de mes deux yeux je jetterais tant de pleurs
Que le sel se fondrait dedans cette rivière.
	Alors avec, de mes soupirs, la farouche fumée, 
Par le feu que Margot tisonne en moi,
Je ferais bien vite fondre le beurre et la cire,
Rendant la prison plate comme notre aire
	Pour passer la crue que mes yeux auraient faite, 
Du sommier de mon lit que je viens de défaire,
Avec nombre de clous je ferais une barquette
	Puis les flèches qu’amour en mon cœur a laissées, 
De rames serviraient, de l'un et de l’autre côté,
Pour au port de salut sauver ma personnette.

A taula amb Belaud

Joan-Ives RoierA l’opausat dei descripcions de l’empresonament venon florir lei poèmas dau sovenir dau bòn temps, dei moments passats amb leis amics cars. Aqueleis evocacions son ben sovent de repais, instants de partatge e de jubilacion sensoriala. La poesia de Belaud es tanben plena de plasers, de jòias e de sabors. Leis espícias empòrtan lei sens, lo vin raja a plen bòrd. Aquelei repais, quand son conjugats au passat, noirisson la remembrança, au futur, alimentan lo pantais. Belaud cabussa dins sei sovenirs de gaug per miélhs se virar devèrs l’avenidor e la possibilitat d’un retorn calorós en Provença.

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
He Diou, quand my veiray soult’aquello ramado
Que Mousur de Moullans fet faire l’autre estiou,
Per à sa compagnie espeillar lou couniou,
Ou l’anco de cabrit, ou la perdrix lardado ?
    Puis venent lou goustar, uno fresco sallado,
Au vinaigro rousat, dau millour dau barriou,
My semblo que sarie un passatens de Diou,
Non-pas patir eicy à la desesperado.
Eh Diu, quand mi veirai sot’aquela ramada
Que Monsur de Molans fèt faire l’autre estiu,
Per a sa companhia espelhar lo coniu,
O l’anca de cabrit, o la perdritz lardada ?
	Puis venent lo gostar, una fresca salada,
Au vinaigre rosat, dau melhor dau barriu,
Mi sembla que seriá un passatemps de Diu,
Non pas patir aicí a la desesperada.
Ah ! Dieu, quand me verrai-je sous cette treille
Que Monsieur de Mollans fit faire l’été dernier,
Découper le lapin en sa compagnie,
Ou le gigot de cabri, ou la perdrix lardée ?
	Puis, à l’heure du goûter, une salade fraîche, 
Au vinaigre rosé, le meilleur du tonneau,
Il me semble que ce serait un passe-temps divin,
Plutôt que de souffrir ici au désespoir.

Provença

Aqueu sonet es extrach dei Passatens, lo segond recuelh de sonets de Loís Belaud que foguèt segurament la resulta dau trabalh de Pèire Paul que recampèt lei peças esparpalhadas per l’edicion postuma. Mete en lusor l’estacament prigond dau poèta per sa tèrra, la Provença. L’espaci provençau s’i mescla a l’imatge de l’aimada tant coma a l’evocacion dei plasers populars carnavalescs. L’exilh es una privacion de vida coma lo patiment de l’embarrament que trèva, de lònga, lo percors de l’autor. L’agach morís de fam, lo regret ressona dins un fracàs enssordissent. Borrotlament dei sens, deis imatges e dau lengatge, lo poèma es ben çò que Felip Gardy apèla « aquel univèrs unic, teissut d’amors adicionadas » qu’espeta dins lo cant dei cigalas, marca sonòra d’una Provença aluenhada e pasmens tant presenta.

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
You mouory de regret, pensant à la partensso,
Que fayre siou constrench au terren Franchiman :
Car senty que mous hueils eilla mourran de fan,
Luench de mon beou Souleou qu’esclaro la Prouvensso.
	Et comben que faray uno grand diligensso
Per tournar revezer l’hueil murtrier et human,
D’aquello que my ten esclau souto sa man,
Ay pou que mourray leou privat de son absensso.
	Tous plezers Carmentrans n’auran per my valour,
Et non regretaray, ny danssos, ny tambour,
Masquos, ny masquillons, ny tymbous, ny tymballos.
	Soulament de ton hueil lou regret my sara,
Qu’au Mez ensafranat, un troupeou de Sigallos.
Ieu mòri de regret, pensant a la partença,
Que faire siáu constrench au terren Franchimand :
Car senti que mos uelhs ailà moràn de fam,
Luenh de mon bèu Soleu qu’esclara la Provença.
	E comben que farai una grand diligença
Per tornar revéser l’uelh murtrier e uman,
D’aquela que mi ten esclau sota sa man,
Ai páur que morai lèu privat de son absença.
	Tos plesers Carmentrant n’auràn per mi valor,
E non regretarai, ni danças, ni tamborn,
Mascas, ni masquilhons, ni timbós, ni timbalas.
	Solament de ton uelh lo regret mi sarà,
Que dedins mon cervèu, mai de brut èu farà,
Qu’au Mes ensafranat un tropèu de Cigalas.
Je meurs de regret, en pensant au départ,
Que je suis contraint de faire en terroir français :
Car je sens que mes yeux là-bas mourront de faim,
Loin de mon beau Soleil qui éclaire la Provence.
	Et même si je ferai grande diligence,
Pour revoir, à nouveau, l’œil meurtrier et humain,
De celle qui me tient esclave sous sa main,
J’ai peur de mourir vite privé par son absence.
	Tes plaisirs Carnaval n’auront pour moi aucune valeur,
Et je ne regretterai pas, ni les danses, ni le tambour,
Ni les masques, ni les masquillons, ni timbres, ni timbales.
	Seulement de ton regard sera mon regret,
Car en mon cerveau, il fera plus de bruit,
Qu’au Mois du safran, un troupeau de Cigales.

Au còr de la fèsta

Gaspard Grégoire, Explicacion de las ceremonias de la Fèsta Dieu d’Ais, ..., A Ais : Esprit David, 220 p., Musèu Médard de Lunèu, cote P157L’escritura deis Obros et Rimos es, coma tanteis òbras de l'epòca, inspirada per lei grandei fèstas popularas que ritmavan d'aqueu temps lo quotidian. I a lo revirament de Carnaval, segur, e son cortègi de mascas e d’instruments tarabastós mai tanben tantei moments collectius e urbans, a Avinhon, Ais, Draguinhan… Belaud canta aquelei folas bigarradas e brusentas qu’envasisson lei carrièras e lei plaças dei vilas provençalas. Sa lenga se fa lo resson dei desbòrds festius, son vèrs tròna ai rotlaments de tamborns e sauteja ais aires de violon. Lo sonet dedicat a la Fèsta Dieu d’Ais n’es un exemple eloquent. Es ben una Provença dei ciutats, boleganta e colorada, que nos dona de veire, d’ausir e de tastar aquela poesia carnala, dins una lenga d’òc abondosa.

Grafia originalaAdaptacion en grafia classica
Es à Zaix que tout va aros per escudello,
En aquest jourt sagrat de la festo de Diou
N'y a Turc, ny Sarazin, ny Mourou, ny Judiou,
Vesent la proucession, virarié bandinello.
	L'houstau lou plus pauret a lardat de canello
Lou jambon, et implit de bon vin lou barriou,
Car esperant lou juoc d'Abraham et de son fiou
Es question de mouchar à la guiso nouvello.
	Apres aver paissut et hujat l’emboutaire,
Tous au prat bataillier van cent cambados faire,
Danssant monssen Reimon, ou brandous bajareous.
	Et puis au retournar cascun pren sa mestresso
Per dessouto lou bras, et farcis d’allegresso,
Sy van becquenejan coumo dous pigeouneous.
Es a Ais que tot va aras per escudela,
En aquest jorn sagrat de la fèsta de Diu
N’i a Turc, ni Sarrasin, ni Mòro, ni Judiu,
Vesent la procession, virariá bandinela.
	L’ostau lo plus pauret a lardat de canela
Lo jambon, e emplit de bon vin lo barriu,
Car esperant lo juòc d’Abraham e de son fiu
Es question de mochar a la guisa novèla.
	Après aver paissut e ujat l’embotaire,
Tots au prat batalhier van cent cambadas faire,
Dançant monsen Raimond, o brandos bajarèus.
	E puis au retornar cascun pren sa mestressa
Per dessota lo bras, e farcits d’alegressa,
Si van bequejant coma dos pijonèus.
C'est à Aix que maintenant tout va par écuelle,
En ce jour sacré de la Fête-Dieu
Il n'y a turc, ni sarrasin, ni maure, ni juif,
Qui ne tournerait casaque en voyant la procession.
    La maison la plus pauvre a lardé de cannelle
Le jambon, et rempli de bon vin le tonneau,
Car en attendant le jeu d'Abraham et de son fils
Il est question de picoler à la mode nouvelle.
	Après avoir bien mangé et mouillé l’entonnoir,
Tous vont faire cent gambades au champ de Mars,
Dansant monsieur Raimond, ou les branles du baiser.
	Et puis en revenant chacun prend sa maîtresse,
Bras dessus, bras dessous, et farcis d’allégresse,
Ils vont se becquetant comme deux pigeonneaux.